70ème anniversaire du 8 mai 1945

20150508_110321_resized

 

Très belle cérémonie de la victoire du 8 mai 1945 à Chelles. Nous étions nombreux pour célébrer cette commémoration d’une importance particulière dans notre impérieux devoir de mémoire.

Merci aux nombreux Chellois pour leur présence. Merci aux anciens combattants, aux portes drapeaux, aux corps consititués, élus, membres du conseil municipal des enfants, à l’Union musicale de Chelles, à l’association la Gaité et à l’Association Amtuir (musée des transports) pour leur participation à la réussite de cette cérémonie.

Retrouvez ci dessous mon intervention à l’occasion de la cérémonie.

 

 »

 « La guerre est gagnée. Voici la victoire. C’est la victoire des Nations Unies et c’est la victoire de la France. »

 Ce sont par ces quelques mots que le Général de Gaulle commençait son célèbre discours à la radio le 8 mai 1945. Il y a 70 ans.

 Quelques jours plus tôt, le 25 avril, au cœur de l’Allemagne sur l’Elbe, Américains et Soviétiques faisaient leur jonction historique. Le 30 avril Hitler se suicidait. Et le 2 mai Berlin tombait. Le 7 mai, tout était fini, la Wehrmacht capitulait sans conditions à Reims.

 Avant la victoire finale, les Alliés auront dû se battre pendant 5 interminables années dans un combat acharné. Les plus grandes armées jamais rassemblées se sont affrontées sur tous les théâtres d’opérations. La bataille de l’Atlantique, l’expédition de l’Afrika Korps, L’opération Barbarossa puis Stalingrad, les plages du Débarquement et le bocage normand… Ces batailles porteront à son paroxysme la capacité de destruction des hommes.

 La Seconde Guerre mondiale restera l’une des pages les plus tragiques de l’histoire de l’humanité.

 Achevé au prix de millions de vies humaines, le IIIème Reich était enfin vaincu. C’était il y a 70 ans, un monde nouveau venait de naitre dans la douleur.

 Pour l’Europe, c’est la fin d’un long cauchemar. Elle peut enfin panser ses plaies et rêver d’un avenir meilleur.

 A la libération, s’ouvre alors une ère nouvelle, marquée par de profondes mutations, parfois douloureuses. De longues années de reconstruction et de rationnement seront nécessaires. Mais l’essentiel est retrouvé : la paix ! La liberté !

 Nous sommes aujourd’hui rassemblés pour rendre un hommage solennel à toutes celles et ceux qui ont payé le prix de la liberté. Nous célébrons aujourd’hui tous nos héros, ceux qui ont gardé l’espoir et n’ont jamais abandonné la lutte, nous célébrons toutes les victimes civiles et militaires.

 Hommage à la poignée d’hommes qui dès juillet 1940 a rejoint le Général de Gaulle au sein des Forces françaises libres. Du désert libyen début 1941, jusqu’à Strasbourg fin 1944, en passant par la Normandie et Paris, ils ont libéré la France aux cotés des Alliés. Ils sont nos héros !

 Hommage à ces hommes et femmes qui ont résisté face à l’oppresseur nazi. La résistance a permis à la France de rester debout et digne. Aujourd’hui pensons aux résistants du maquis des Glières qui furent parmi les premiers à lancer de grandes offensives contre l’occupant. Martyrs réprimés, ils sont nos héros !

 Hommage encore aux Américains, Britanniques, Canadiens, Soviétiques et tant d’autres. Souvenons-nous de ces soldats de la liberté ! Des quatre coins du monde, ils ont forgé la victoire. Nous devons leur être reconnaissants. Ils sont aussi nos héros !

 Le 8 mai n’est cependant pas la fête d’une France revancharde sur son ennemi héréditaire. Le 8 mai, c’est d’abord la victoire de la liberté et de la démocratie.

 Par la capitulation sans condition des nazis le 8 mai 1945, certaines leçons du passé ont été retenues. Car les conditions de la paix à l’achèvement de la Première Guerre mondiale avaient été funestes. Les belligérants avaient alors signé dans un premier temps un armistice, en remettant à plus tard les conditions de la paix. Sévères, celles-ci seront imposées à l’Allemagne en 1919 lors du traité de Versailles. Appelé « Diktat » par Hitler, ce sera le terreau de la rancœur allemande.

 Au contraire, le 8 mai 1945 marque une rupture. La fin symbolique de la première moitié tragique du XXème siècle. Ce jour est devenu l’acte précurseur d’une nouvelle Europe, celle de la paix, construite sur de nouvelles bases.

 Dans les années d’après-guerre, la réconciliation et la construction européenne permirent de bâtir une nouvelle prospérité, socle d’une amitié et d’une paix pérennes.

 Pour la 1ère fois dans l’histoire de l’Europe occidentale, les peuples fraternisaient durablement. 70 ans après la victoire, nous sommes encore les héritiers de cette réconciliation si chèrement acquise. N’oublions pas le prix de la paix !

 Pour nos enfants, nous devons transmettre cette histoire. Nous avons le devoir essentiel de leur apprendre à qui nous devons la paix et rappeler que la liberté n’est pas acquise. Nous devons expliquer comment la préserver et protéger les fondements de notre République.

 L’amitié franco-allemande s’est ainsi forgée en tirant les leçons du passé. Le jumelage entre Chelles et Lindau est un exemple de réussite du devoir de mémoire durable. 50 ans après son lancement par d’anciens prisonniers de Guerre de Chelles, nous veillons donc à poursuivre la fraternisation. Mieux se connaitre pour mieux se comprendre.

 N’oublions pas d’où nous venons. 70 ans de paix, après des siècles de violence.

 Dans un monde encore instable, l’Europe, malgré ses défauts reste une formidable promesse de paix et d’avenir. La France doit plus que jamais y prendre une place majeure pour défendre ses valeurs universelles. L’humanisme, le siècle des Lumières doivent continuer à nous animer et à être enseignés. Levons-nous pour défendre le goût de la connaissance, l’esprit critique…

 L’obscurantisme ne pourra pas nous atteindre.

 Je finirais où j’ai commencé, en citant la conclusion admirable du Général de Gaulle dans son discours du 8 mai 1945 :

 « Honneur ! Honneur pour toujours à nos armées et à leurs chefs, Honneur à notre peuple que des épreuves terribles n’ont pu réduire ni fléchir, Honneur aux Nations Unies qui ont mêlé leur sang à notre sang, leurs peines à nos peines, leur espérance à notre espérance et qui, aujourd’hui, triomphent avec nous. »

 Vive la liberté !

Vive la République !

Vive le France !

 »

Seul le prononcé fait foi.

11174545_10205603580223361_7590586404015501712_o

11169670_10205603580183360_5061256819393414633_o

20150508_114832_resized

11174545_10205603580223361_7590586404015501712_o (1)

1402035_10205603580063357_7636318741104562868_oDéfilé dans le Centre Ville de Chelles

11134091_10205603580103358_534264605647505633_oDépot de gerbes au monument aux morts de Chantereine